Pour mieux goûter la profondeur des mystères du rosaire

27 Mai, 2019
Provenance: fsspx.news

Dans Le secret admirable du très saint rosaire, saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716) nous encourage à la récitation fervente du chapelet : « Pour vous animer encore davantage à cette dévotion des grandes âmes, j’ajoute que le rosaire récité avec la méditation des mystères nous élève insensiblement à la connaissance parfaite de Jésus-Christ ; purifie nos âmes du péché ; nous rend victorieux de tous nos ennemis ; nous rend la pratique des vertus facile ; nous embrase de l’amour de Jésus-Christ ; nous enrichit de grâces et de mérites ; nous fournit de quoi payer toutes nos dettes à Dieu et aux hommes, et enfin, nous fait obtenir de Dieu toutes sortes de grâces. » 

Plus tard, en 1917, à chacune de ses apparitions à Fatima la Sainte Vierge demanda instamment de réciter « le chapelet tous les jours ». Le 13 juillet 1917, Notre Dame ajouta : « Quand vous réciterez le chapelet, dites après chaque mystère : O mon Jésus, pardonnez-nous, sauvez-nous du feu de l’enfer, attirez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoin ». Et sœur Lucie (1907-2005) précisait au R.P. Fuentes, le 26 décembre 1957 : « En ces derniers temps que nous vivons, la Sainte Vierge a donné une efficacité nouvelle à la récitation du rosaire. De telle façon qu’il n’y a aucun problème, si difficile soit-il, temporel ou surtout spirituel, se référant à la vie personnelle de chacun de nous ou à la vie familiale, familles du monde ou communautés religieuses, ou bien à la vie des peuples et des nations, il n’y a pas de problème, dis-je, si difficile soit-il, que nous ne puissions résoudre par la prière du saint rosaire. Avec le saint rosaire nous nous sauverons, nous nous sanctifierons, consolerons Notre Seigneur et obtiendrons le salut de beaucoup d’âmes ».

« Pour mieux voir ce que doit être le rosaire, il faut se rappeler comment saint Dominique (1170-1221) l’a conçu sous l’inspiration de la Sainte Vierge, à un moment où le midi de la France était ravagé par l’hérésie des Albigeois, imbus des erreurs manichéennes, qui niaient la bonté infinie et la toute-puissance de Dieu, par l’affirmation d’un principe du mal souvent victorieux. Ce n’était pas seulement la morale chrétienne qui était attaquée, mais le dogme, les grands mystères de la création, de l’Incarnation rédemptrice, de la descente du Saint-Esprit, de la vie éternelle à laquelle nous sommes tous appelés. C’est alors que la Sainte Vierge fit connaître à saint Dominique un mode de prédication inconnu jusqu’alors, qu’elle lui affirma être pour l’avenir une des armes les plus puissantes contre l’erreur et l’adversité. Arme très humble, qui fait sourire l’incrédule, car il ne comprend pas les mystères de Dieu. Sous l’inspiration qu’il avait reçue, saint Dominique s’en allait par les villages hérétiques, rassemblait le peuple, et il prêchait sur les mystères du salut, sur ceux de l’Incarnation, de la Rédemption, de la vie éternelle. Comme le lui avait inspiré Marie, il distinguait les divers mystères joyeux, douloureux et glorieux. Il prêchait quelques instants sur chacun de ces quinze mystères, et après la prédication de chacun, il faisait réciter une dizaine d’Ave Maria. » (Père R. Garrigou-Lagrange, o.p., La Mère du Sauveur)

En ce mois de mai consacré à Marie, pour nous aider à entrer plus profondément dans chaque mystère, l’abbé Patrick Troadec publie un livret de méditations découvrant la beauté du plan divin et les vertus de Notre Seigneur et de Notre Dame. Les méditations ont été élaborées à partir des données de l’Ecriture sainte, de l’Ancien et du Nouveau Testament ; « tout ce qui a été écrit l’a été pour notre instruction » (Rm 15, 4). Elles renferment des considérations spirituelles, doctrinales et morales, présentées dans un style simple et accessible à tous. On trouvera en appendice les promesses de la très sainte Vierge à saint Dominique et au bienheureux Alain de La Roche, ainsi qu’à sœur Lucie.


Abbé Patrick Troadec, Méditations du rosaire, Via Romana, 194 p., 10€. Format livre de poche. Disponible à la librairie Notre-Dame de France, 33 rue Galande, 75005 Paris ; ou encore en s’adressant au Séminaire Saint-Curé-d’Ars, 21150 Flavigny-sur-Ozerain (11€ le livret, 20€ les deux, port compris, chèque à l’ordre du Séminaire Saint-Curé-d’Ars).